LA GENÈSE DU STUDIO RIVER : CHAPITRE 2 L'IDENTITÉE

separator

Concevoir l’identité graphique d’un projet n’est pas chose aisée, d’autant plus quand il s’agit de sa propre identité… Être son propre client nous rend particulièrement exigeant..ou particulièrement indécis; inefficace ou performant… c’est selon… Très imprégnés par l’esthétique de Riverdogs, nos premières recherches nous ont tout naturellement conduits vers des univers graphiques narratifs; un onirisme cinématographique qui nous habite depuis le tout commencement.

Mais comme mentionné dans un précédent article, il était nécessaire d’assumer une rupture visuelle avec l’association Riverdogs ou tout au moins de décliner, incliner Riverdogs vers la vocation spécifique du Studio River. Il fallait donc nous éloigner de ses codes narratifs.

En tant que créatif nous avons souvent  tendance à laisser libre court à notre imaginaire, partir d’une feuille blanche, voir sous nos yeux un univers graphique se dessiner peu à peu. On rebondit d’idées en idées, une couleur, une forme, un trait et tout à coup l’on perçoit un sens, une intention, une volonté qui nous aurait animés depuis le début…. Les mots avalisent nos intuitions, les recentrent, les pointent avec le recul nécessaire du travail terminé. Mais cette fois-ci c’était différent; les mots généreraient les images, ce serait donc la baseline qui dicterait nos intentions créatives.

We are not only creative. We are French !

Pourquoi une telle association?
Et pourquoi pas?…

Le pourquoi pas du décalage, de l’originalité  voire même de l’absurde… Ce pari innocent et frondeur qui nous emmène à associer des valeurs, des notions différentes pour inventer quelque chose de neuf ou susciter un sentiment paradoxal. “Nous ne sommes pas seulement des créatifs, nous sommes aussi français” une association par l’absurde qui nous permet de jouer avec les clichés de la France mais aussi son élégance, son histoire tout en l’associant à un processus créatif décalé.

Autour donc  de cette baseline, le côté français nous offrant une myriade de codes graphiques évocateurs, codes couleurs, monuments, traditions, nourritures…

Mais nous ne voulions pas nous cantonner aux symboles visuels, nous voulions aussi jouer avec les idées reçues et les stéréotypes special French bashing : orgeuilleux, vindicatif flémard, Don Juan volage à l’hygiène douteuse et j’en passe…sans oublier les symboliques (ex, la marinière)…

Après de nombreuses expérimentations que nous vous épargnerons nous nous sommesappliqués à projeter ce concept sur d’autres associations d’idées. Nous pensions alors à l’utilisation des paterns qui nous permettrait de conserver cette élégance à la française tout en abordant de nouveaux sujets.

A force d’expérimentations et de réflexion nous décidons d’un modèle applicable à tous les cas de figure. Nous jouons avec ces patterns choisis selon les besoins tout en conservant le décalage caractéristique de la marque. Ces derniers positionnés dans un cadre vide pour recentrer l’attention autour du contenu, une baseline, un logo, une accroche. Le pattern habille et dénote, il nourrit l’information sans la perturber. Cette dernière mord le cadre, en déborde pour affirmer cette intention permanente d’aller toujours un peu plus loin !…